4 raisons historiques de la renommée des vins de Bourgogne

Les vins de Bourgogne sont très prisés, à la fois des connaisseurs et amateurs éclairés mais également des consommateurs sans connaissances particulières. La Bourgogne est dans une situation de marché de demande dans le sens ou les stocks sont très faibles et la demande très forte sur une majorité de produits. Cette situation c’est amplifiée depuis quelques années mais sa réputation est longue et ancienne.

Cette renommée trouve ses racines dans l’histoire même du vignoble de Bourgogne. Aspects que je vous propose de détailler maintenant.

1 – Un environnement propice à la viticulture depuis l’Antiquité

On fait du vin en Bourgogne depuis 2000 ans !

La Bourgogne viticole trouve sa genèse dans l’antiquité et plus particulièrement sur l’époque gallo-romaine. Nous sommes alors sur un vignoble de plaine. Un grand vignoble datant de la fin du 1er siècle après J.-C. a été découvert en 2008 à Gevrey Chambertin.
Supérieure à un hectare, cette parcelle a confirmé les suppositions scientifiques sur la présence d’une activité agronomique viticole importante en Bourgogne dès cette période. Jean-Pierre GARCIA, professeur en géologie sédimentaire et en géoarchéologie de l’Université de Bourgogne a développé ce point lors de différents colloques (tel que Les Journées Pontus de Thyard en 2013) et articles.

Vigne Gallo Romaine de Gevrey Chambertin
Emplacement des zones de fouilles de 2008 – Au-dessus de Bergis

Bien sur cela n’est que l’état de nos connaissances aujourd’hui en 2020. On retrouvera peut-être des traces plus anciennes mais la certitude scientifique nous mène à minima sur le 1er siècle.

Ainsi, faire du vin n’est pas nouveau sur le territoire de Bourgogne. On trouve des traces écrites attestant d’une pratique viticole au 1er siècle, au 3ème siècle, au Moyen Age, … Bref, même si le bourguignon est persévérant, une telle longévité indique forcément que l’environnement est propice à ce type de culture.

2 – Fondation du vignoble de Bourgogne avec les ordres religieux

Mais c’est véritablement avec l’établissement des ordres clunisiens et cisterciens en Bourgogne sur la période du 9ème au 11ème siècle que le vignoble bourguignon prend naissance en tant que tel.

Ces ordres monastiques vont ainsi modeler le sol ainsi et définir des pratiques pour la culture de la vigne et la vinification. Les parcelles seront délimitées, identifiées et suivies au fil du temps pour étudier les rendements.

C’est d’ailleurs au 11ème siècle que les premiers clos sont créés. Un des plus célèbres, le Clos de Vougeot apparaîtra au 12ème siècle sous la direction de l’ordre cistercien. A la fois zone de culture [la vigne] et de production [le vin] avec le cellier, ce regroupement des deux espaces est une innovation qui sera reprise par de nombreuses abbayes à travers toute l’Europe.

Le porteur de benaton - Château du Clos de Vougeot - Sculpture par Henri Bouchard
Le porteur de benaton – Château du Clos de Vougeot – Sculpture par Henri Bouchard

Les moines vont également développer le vignoble, recenser et classer les parcelles de vignes. Le fruit de ce travail sera le climat. Le climat, dans son sens agraire est ainsi un lieu-dit employé à la culture de la vigne.

C’est ce travail titanesque d’observation et de patience qui sera à l’origine des premières AOC en 1936 puis l’inscription de ces fameux climats au patrimoine mondial de l’humanité en 2015. Cette inscription à la liste de l’UNESCO est ainsi la reconnaissance d’un patrimoine de très haute valeur.

3 – Le politique au service du commerce du vin (et vice-versa)

La deuxième phase importante dans le développement des vins de Bourgogne est le rôle qu’ont joué les Ducs de Bourgogne. Pendant près de deux siècles, les Ducs de Bourgogne régneront sur un vaste territoire et leur influence contribuera à la production et la commercialisation de vins de qualité.

Portrait de Philippe Le Hardi [photo par Rama Cc-by-sa-2.0-fr]

C’est d’ailleurs dans cet optique que Philippe Le Hardi rédigera une ordonnance en 1395 afin de bannir le cépage gamay certes plus productif et rentable mais perçu comme de moindre qualité que le cépage pinot noir. Car au-delà de cette anecdote sur le « vil et déloyal gamay » c’est de commerce dont il s’agissait puisque le vin de Bourgogne à base de gamay était moins qualitatif et boudé des marchands. Il fallait donc retrouver la confiance des marchands et de leurs besaces. Les vins de Bourgogne étaient servis aux banquets des ducs et acheter du vin de Bourgogne donnait un signe d’appartenance à la classe supérieure.

N’oublions pas que la grandeur d’un vin va très souvent de pair avec la puissance économique de sa région.

4 – Le siècle des lumières favorise le commerce du vin

Le siècle des lumière est une période cruciale pour le vin et son commerce. Tant au niveau des innovations techniques que des sciences humaines ainsi que de l’évolution de la société.

Sur le plan technique :

  • La bouteille (avec l’industrie de la verrerie) tout d’abord est une innovation technique majeur. Elle a facilité le transport et la conservation du vin. La forme de la bouteille bourguignonne est une des premières bouteilles fabriquées. Elle a permis une optimisation du transport et du stockage. La bouteille a également changé la façon de servir le vin à table (forcément plus pratique que la barrique …)
  • L’invention de la lithographie apportera l’étiquette de série. Elle permet d’abord d’identifier le contenu de la bouteille mais elle servira à se démarquer en mettant son nom sur le vin. Tout d’abord sobre, elle sera ensuite, grâce à l’audace champenoise, plus graphique et deviendra un véritable élément commercial.
  • Le 18ème siècle c’est aussi une période importante ou on souhaite faire rupture avec l’obscurantisme et l’on va codifier les sciences dont bien sur les sciences de la culture de la vigne et du vin (cépages, savoir-faire, sol, climatique). Ainsi, en Bourgogne, la notion de parcelles supérieures à d’autres émerge réellement à cette période.

Sur le plan sociétal :

  • L’art de la table devient aussi une science codifiée. Les salons de débats d’idées deviennent le centre de la vie sociale de la classe aisée. Le vin trône dans ces espaces.
  • Mais c’est également la période ou la bourgeoisie prend sa revanche sur le religieux et la noblesse.
    • En Bourgogne, les commerçants deviennent des négociants-éleveurs de vins. Ils feront rayonner les vins de Bourgogne sur toutes les grandes tables d’Europe. Rappelons nous que les premiers grands négociants de Bourgogne sont à l’origine des commerçants comme Bouchard Père et Fils par exemple. Ils ont très certainement observé les pratiques extérieures au fil de leur voyage.
    • Profitant des opportunités offertes par la révolution française, des négociants vont acquérir des vignes afin d’établir de solides maisons en Bourgogne.

En résumé

L’endroit est propice à la culture de la vigne; les pratiques vitivinicoles sont étudiées et améliorées et le commerce se développe. Mais le maître mot de la renommée des vins de Bourgogne est la qualité !

Tant pour les moines qui ont façonné le territoire viticole que pour les ducs qui ont favorisé son commerce ou encore les commerçants du siècle des lumières, le maître mot était la qualité.

Cette notion de qualité a été une orientation majeure dès la construction et structuration du vignoble. Déjà parce que moines et nobles étaient les premiers consommateurs de leurs vins ! Quant aux négociants, prendre en charge l’élevage du vin permet de garder la main sur la qualité.

Enfin, la concurrence a toujours été rude et ce quelque soit l’époque. Offrir des vins de qualité (à l’exception de quelques périodes moins glorieuses) a toujours été l’issue qu’à choisi la Bourgogne pour resplendir à travers le monde.

Olivier

Passionné de la Bourgogne et de ses grands vins, je souhaite partager avec vous des clés pour découvrir et comprendre les vins de Bourgogne.

2 réflexions sur “4 raisons historiques de la renommée des vins de Bourgogne

  • 1 juillet 2020 à 9 h 03 min
    Permalien

    Bonjour, je suis un fervent amateur des vins de bourgogne et lu cet article avec attention. J’aimerais pouvoir proposer d’autres vins à mes clients mais mais dès que l’on veut obtenir des grands vins les portes se ferment et les prix caracolent ! Je travaille actuellement avec les domaines suivants : Domaine de la Folie, Lise Pavelot, Claude Chevalier, Jean-Louis Chavy, Guillard (gevrey) …

    Répondre
    • 1 juillet 2020 à 10 h 08 min
      Permalien

      Bonjour Augustin.
      Merci de votre commentaire. Vous avez déjà de belles références !
      Il est vrai que la Bourgogne a une production assez limitée et qu’il peut être difficile de sourcer ses produits. 2019 a en plus offert une récolte assez maigre qui limite encore plus les volumes.
      Hormis certains domaines élites, la problématique Covid19 peut ouvrir quelques opportunités commerciales. Il faut relancer.
      Bonne chance

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.